quinta-feira, 4 de maio de 2017

SUGESTÃO


Trois quarts de siècle après l’effondrement de 1940, la Collaboration demeure “le plus délicat des problèmes posés par la défaite et la division de la France” (Stanley Hoffmann). Pour qui se refuse aux idées reçues ou aux caricatures, la raison en est simple : il s’agit d’un concept flou, que l’on a, dès la Libération, chargé d’une mission impossible, consistant à ranger sous une étiquette commune des Français d’origines, de motivations et de conduites très différentes, souvent contradictoires. Par nature, la Collaboration ne pouvait être un bloc, car elle groupait pêle-mêle toutes les variétés des types et des comportements humains et qu’en outre, dès juin 1940, elle comprenait une infinie variété de formes et de niveaux. Elle n’a jamais inspiré une politique clairement déterminée, fixée une fois pour toutes, car elle exigeait une adaptation permanente aux circonstances, aux exigences de l’occupant, à l’opinion des Français, au déroulement de la guerre mondiale. Elle recouvre “un large éventail d’idées et de comportements qui ne se laisse pas facilement cerner, qu’il est impossible d’enserrer dans un cadre rigide” (Henry Rousso). Son existence n’en a pas moins laissé une empreinte indélébile sur l’histoire de la France contemporaine. »

Sem comentários: